L’eau et l’électricité ne font pas bon ménage. En général, toute installation électrique exige la conformité à la norme NF C 15-100. Mais, d’autres normes s’imposent également au niveau d’une salle de bains. Elles permettent d’éviter une exposition des utilisateurs à des risques d’électrocution. Lesdites normes contribuent aussi à la sécurisation de vos équipements. Découvrez ici ces 5 normes obligatoires pour toute installation électrique dans une salle de bains.

fenêtre maison mur électricité chambre porte Design d'intérieur salle de bains lignes attraction touristique Accessoires Maison construction construction résidentielle câblage électrique fourniture électrique

 

L’incontournable norme NF C 15-100

Elle reste obligatoire pour tout aménagement. L’électricien en tient compte pour les constructions et les rénovations. Le nombre de prises et l’intensité du courant se déterminent en fonction de cette norme. Confiez donc l’installation électrique de votre pièce de bains à un électricien professionnel capable de conformer ses prestations à la norme NF C 15-100. Pour l’aménagement de votre salle de bains, ce dernier fait attester ses installations électriques par le Comité national pour la sécurité des usages de l’électricité. Cette obligation s’impose aussi bien pour la mise en place d’une nouvelle pièce de bains que pour une rénovation. À l’issue de la vérification, le Comité national pour la sécurité des usages de l’électricité délivre une attestation dénommée CERFA.

Le nécessaire disjoncteur différentiel

Au niveau d’une salle de bains, l’électricien doit installer un disjoncteur différentiel afin de prévenir tout risque d’électrocution. Encore appelé interrupteur à courant différentiel résiduel, le disjoncteur constitue un équipement primordial dont le fonctionnement demeure pourtant assez simple. Il provoque une interruption générale d’électricité dès qu’il détecte une différence d’intensité entre deux conducteurs à l’entrée et à la sortie du circuit électrique. Ceci intervient pour toute fuite de 30 mA. Le disjoncteur différentiel représente donc un véritable rempart contre tout risque d’électrocution à la douche. Néanmoins, son fonctionnement efficace exige la mise en place d’une prise de terre.

L’indispensable prise de terre

La prise de terre représente un équipement de décharge électrique d’un appareil par le biais d’un fil conducteur. Elle s’installe en complément d’un disjoncteur additionnel. Ces deux éléments garantissent une protection optimale contre tout risque d’électrocution.

En effet, plusieurs facteurs peuvent générer des risques d’électrisation. Ainsi, le défaut d’isolation électrique au niveau d’un appareil défectueux vous expose à une tension électrique. De même, le fil électrique dénudé d’une prise électrique peut vous mettre en contact direct avec le courant électrique. Lorsque vous touchez l’équipement défectueux ou le fil dénudé, vous pouvez être victime d’une électrocution si vous restez pieds nus. La prise de terre vous préserve de ces risques. En effet, elle est connectée aux masses métalliques susceptibles de générer une électrocution accidentelle. Dès que vous entrez en contact avec du courant électrique, elle évacue la décharge électrique dans le sol par l’intermédiaire d’une électrode en métal et provoque automatiquement une coupure électrique générale par le biais du disjoncteur différentiel. Cela justifie que la prise de terre reste indispensable pour une installation électrique sécurisée dans une salle de bains. Une installation électrique de qualité doit comprendre à la fois un disjoncteur électrique et une prise de terre. Pour prévenir tout risque d’électrocution dans votre salle de bains, recourez à un professionnel compétent comme l’électricien Boulogne 92.

Des prises électriques sécurisées

Pour une installation électrique efficace dans votre salle de bains, l’électricien doit opter pour des prises sécurisées munies de transformateur de sécurité avec un disjoncteur différentiel d’une sensibilité de 10 mA. Dans le strict respect du Règlement général sur les installations électriques, il décide du nombre de prises. Il doit aussi éviter des prises recouvertes de métal.

Les zones de sécurité dans la salle de bain

Une bonne installation électrique au niveau d’une salle de bains doit prendre en compte les zones de sécurité. Il identifie ces dernières en fonction des volumes électriques. Au nombre de quatre, ces volumes électriques démarquent les zones de sécurité dans une pièce d’eau. Ils y garantissent une installation sécurisée. Au niveau du volume 0, la norme interdit toute installation d’appareil électrique dans une douche sans receveur. La zone 1 se situe au-dessus de la baignoire ou de la douche. Délimitée par 2,25 mètres de hauteur, elle accueille uniquement les luminaires, les interrupteurs ou un chauffe-eau électrique (IPx5). Quant à la zone 2, elle représente l’espace disponible au niveau de la baignoire ou de la douche. Selon la norme, l’électricien y installe exclusivement les appareils de chauffage, les luminaires de classe 2, les prises et rasoirs de 20 à 50 VA (IPx4). Enfin, le volume cache considère l’espace sous la baignoire ou sous le receveur de douche. L’électricien ne peut y installer aucun appareil électrique. Néanmoins, pour la mise en place des spas, il devra prendre en compte la configuration électrique de votre salle de bains et les prescriptions du fabricant. Seul un électricien qualifié et compétent peut effectuer ces prestations avec efficacité. L’importance des zones de sécurité reste déterminante, car elle vous préserve des risques d’électrocution.

Source des images :
https://pxhere.com/fr/photo/740942

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©2018 TTravaux.com

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils